Hambourg - Allemagne


 

Nous arrivons par hasard à Hambourg la semaine précédent le sommet du G20. Cette réunion des présidents des 20 nations les plus puissantes est un symbole fort de la mondialisation. Les 20 dirigeants participant au sommet représentent à eux seuls : 85% du commerce mondial, les 2/3 de la population mondiale et plus de 90% du produit mondial brut (somme des PIB de tous les pays du monde). Cette année on y compte notamment Donald Trump, Recep Tayip Erdogan et Vladimir Poutine.

 
 

Les sommets du G20 sont également l'occasion de grands rassemblements altermondialistes qui cherchent à pousser les gouvernements vers plus de démocratie, d'écologie et de solidarité. L'histoire de ces rassemblements est souvent celle de grandes manifestations allant parfois jusqu'aux émeutes urbaines comme le sommet de l'OMC à Seattle en 1999, où les manifestations avaient réussi à bloquer la réunion internationale, ou encore le sommet du G8 de Gènes en 2001 (l’État italien vient d'ailleurs d'être condamné pour "actes de tortures" pendant la répression du contre sommet).


Derrières ces manifestations, on trouve une réalité plus complexe que le semblant d’unité de la "société civile" puisque tous les activistes n'ont pas les mêmes stratégies d'actions avec une divergence clivante entre actions non violentes et actions violentes (avec dégradations). On retrouve cette divergence ici, à Hambourg, puisque plusieurs grandes ONG - GreenPeace, WWF, Les Amis de la Terre ou encore Oxfam - ont décidé de ne pas être solidaire de la "Coordination NO G20".

 

Une "semaine compacte" a été prévue : mercredi commence par exemple la soirée "Welcome in the Hell" puis aura lieu un “Sommet de la Solidarité Mondiale” (les 5 et 6 juillet) des actions de désobéissance civile de masse le jour du sommet officiel (le 7 juillet) et une manifestation large dans le coeur de la ville (le 8 juillet). La "Coordination" voit les mobilisations contre le G20 "comme une chance d'envoyer au monde un signal fort ". Leur mot d'ordre : "nous sommes la masse et nous croyons aux alternatives globales". Pour plus d'info le site : https://nog20fr.noblogs.org/.

 
 
 
 
 

Notre arrivée coïncide avec la première journée de manifestation organisée par les grandes ONGs : manifestation, concert et meeting sur la place principale de la ville. La "Coordination" en a profité pour réaliser une action visant à obtenir l'autorisation de tenir un camp pour accueillir les activistes venus du monde entier. Ce fut l'occasion pour nous d'assister aux premières arrestations : les rumeurs parlent de 5000 places de garde à vue prévues par les autorités. La Ville se prépare en effet au contre sommet à grand renfort de policiers comme en témoigne les hélicoptères de police qui quadrillent la ville toute la journée et les motels prévus pour loger les forces de l'ordre.

 

Nous avons choisis de ne pas modifier notre itinéraire et de ne pas participer aux différentes manifestations contre le G20. Malgré l'opportunité offerte par ces rassemblements de créer une solidarité européenne nous préférons prendre le temps de découvrir d'autres alternatives démocratiques européenne et nous publierons d'ailleurs notre première vidéo ce jeudi 6 juillet !

 

Notre visite d'Hambourg continue aujourd'hui avec bonne humeur et curiosité dans le quartier alternatif San Pauli où les graffs et les stickers recouvrent la ville, notamment à la gloire du club de foot "FC St-Pauli".

 

Retrouvez plus d'info et d'analyse dans notre exposition itinérante